Grand Débat National

Regrettant le peu de concertation dans l’organisation du grand débat national dans les circonscriptions consulaires de Londres et d’Édimbourg et recherchant la neutralité et l’indépendance de ce débat, nous avons décidé de recueillir les réflexions et interrogations de nos concitoyens à travers un cahier de doléances en ligne, ouvert à l’ensemble des Français⋅es résidant au Royaume-Uni et respectant toutes les règles de transparence et d’inclusivité pour que l’exercice ne soit pas limité ipso facto par les contraintes de participation inhérentes à la configuration géographique de notre territoire.

DÉPOSEZ VOTRE DOLÉANCE

Voici les doléances que nous avons reçu :

  • « La France n’a pas su défendre son industrie. Il n’est pas trop tard pour réfléchir aux moyens de revitaliser le tissu industriel français, grandes, moyennes et petite entreprises ! La transition énergétique et la nécessité de produire de manière plus écologique nous donne l’opportunité de le faire. »
  • « Retraites. Parler d’égalité femmes/hommes et vouloir supprimer les pensions de réversion qui bénéficient en grande majorité aux femmes, quelle hypocrisie ! Tant que les carrières et salaires ne seront pas vraiment les mêmes il faut conserver le système de réversion. »
  • « Les impôts, ce sont la richesse du pays. Sans impôts, pas de services publics. Il faut que chacun contribue en fonction de ses moyens et reçoive en fonction de ses besoins.  que le mécanisme de prélèvement soit l’ISF, une taxe sur les successions ou une taxation des revenus du capital peut être discuté. Mais les impôts doivent être un moyen de diminuer les inégalités de revenus et de financer des services de qualité pour tous (des plus pauvres aux plus riches). »
  • « Profiter des élections européennes pour faire une campagne d’information objective sur ce qu’apporte l’Europe aux citoyens. Alors que tant de lois sont votées, tant de décisions prises au niveau Européen, les élections européennes sont encore perçues comme folkloriques, inessentielles. »
  • « Il faudrait développer une éducation européenne, allant de l’enseignement de la géographie et de l’histoire  à celui des institutions. »
  • « Aujourd’hui, ni les kinésithérapeutes, ni les orthophonistes n’acceptent de se déplacer pour aller au domicile de personnes âgées : leurs frais et le temps passé ne leur sont nullement payés. résultat, pour certaines personnes âgées , cette aide qui ne leur est pas accordée les conduit plus vite à la dépendance et à l’institutionalisation. en quoi cela est-il bénéficiaire ? En fin de compte cela coûte plus cher à la société et ne répond pas aux besoin des personnes âgées. Il faut revoir les barèmes de frais de déplacement pour un plan complet d’aide dans le cadre d’une vraie politique de maintien à domicile. »
  • « Il faut relancer une vraie politique du logement; relancer des programmes de logements sociaux et logements accessibles pour tous. Le logement est le point d’ancrage dans la vie, indispensable pour être dans des conditions normales de travail d’étude, de repos, de santé bref pour vivre.  Or, pour la deuxième année consécutive, le nombre de logements sociaux financés a baissé. Pour les jeunes, trouver un logement devient impossible en ville, les contraignant soit à vivre dans des logements précaires, soit à s’éloigner de leur lieu de travail avec les surcoûts et la fatigue que cela impose; mais aussi cela créé une surcharge dans les transports publics,  oblige à garder les enfants plus longtemps dans les garderies etc… En fin de compte, l’état ne fait pas d’économies, au contraire. »
  • « Il est de notre devoir moral d’accueillir plus de réfugiés et de tout mettre en œuvre pour sauver les femmes et hommes qui se noient chaque jours en méditerranée. »
  • « Nous devons défendre une Harmonisation européenne de la fiscalité. »
  • « Il nous faut à tout pris respecter nos engagements de la COP 21. »
  • « L’une des plus grandes questions ici est la fracture scolaire. La façon dont le gouvernement la traite n’est pas la bonne. On insiste trop sur les symboles, mais ils ne suffisent pas. Mais nous avons un enseignement à deux, voire trop ou quatre vitesses. Il faut redéfinir les cartes scolaires, mettre en place une forme discrimination positive basée sur la résidence, et lier ceci à la question du logement. En même temps, il faut faciliter les passages entre les filières et les formations. C’est par l’éducation que se reformera le lien social et surtout l’espoir d’ascenseur social. La République est un projet commun, nous devons le rebâtir à partir de nos enfants. »
  • « Avoir un vrai engagement de la France concernant la transition écologique, l’investissement dans les énergies renouvelables, etc. Comme l’a montrée la pétition pour assigner l’État français en justice, les actes de l’État sont encore bien trop faibles par rapport aux engagements. »
  • « Rétablir l’ISF. »